Ah les ptits potes chez Georgette

Une des seules adresses à deux pas de la Grand Place, pas touristique pour un sou ! Le Café Georgette, ce n’est pas une friterie, ce n’est pas un resto, ce n’est pas un café… c’est un tout ! Un zinneke, quoi… En gros, comme dit André de la rue des Bouchers : « c’est un brol pour les peï et les meï de tout genre : le dikkenek, le stoeffer, le babelleir, le zuure smoul, le pottepeï, le sale ket, le curieuse neus, le zottekut, la jolie pouske et surtout l’épicurien : le ZWANZEUR ! »

Chez Georgette – l’épouse de Magritte, on goute Bruxelles dans son jus, simple et élaboré. Au fil des années les numéros 37/39 de la rue de la Fourche ont fait office de librairie, d’hôtel, de pizzeria, de repère d’utopistes… Aujourd’hui, il nous comble de plaisir avec un des meilleurs hamburgers de la capitale : bœuf, cheddar, oignons, bacon, iceberg et sauce Georgette dont elle seule a le secret (15,90 euros). Les frites sont maison et crrrrroustillantes, alst u blieft.

Plaisir ultime avec la pomme étouffée au parfum de pain d’épices, biscuit façon « Misérable », cassant de miel et glace à la cannelle (8,90 euros). Les compatriotes enracinés et toutefois en quête d’exotisme se rueront sur le tiramisu très mascarpone au spéculoos et à la fleur d’oranger (7,90 euros). Entre les deux, je ne sais pas choisir. Qu’à cela ne tienne, je picorerai dans l’assiette de Jules.

Source: http://www.nostalgie.be/blog/le-blog-de-leslie/miiiiaaaam/un-resto-pour-maman-un-resto-pour-cheri-un-resto.html